samedi 3 juin 2017

L'internet des objets se construit aussi dans les nuages

On a pu lire dans le dernier billet de GreenSI comment Google a basculé en dix ans d'une stratégie "Mobile First" à une stratégie "AI first", pour faire de l'intelligence artificielle le cœur de tous ses services et des prochaines interface homme-machine. Cette semaine, nous allons revenir sur les annonces de la conférence Google "Cloud Next" qui s'est tenue en mars de cette année, et faire le lien entre le Cloud, l'IoT et l'IA. Comme le nom de la conférence le suggère, Google y a présenté aux développeurs sa vision de l'avenir du Cloud. Une vision, qui si elle se réalise, ne sera pas sans impact sur les SI des entreprises et la façon de les gérer.

Ce qui a retenu l'attention de GreenSI, c'est la volonté de Google de rattraper son retard sur l'internet des objets dans les entreprises.


Google en retard ? Oui, GreenSI le pense, mais peut-être pas pour encore très longtemps. Aujourd'hui, quand on parle d'internet des objets et que l'on pense à Google, on pense par exemple à Nest, le thermostat connecté racheté en 2014. On peut également penser à Google Home, son interface vocale qui arrive en France à l'été, et qui va monter en puissance pour tenter de rattraper Amazon Alexa. Dans les deux cas, il s'agit d'applications grand public et non utilisées en entreprises.
 
Il y a bien eu fin 2016 l'annonce d'Android Things pour les futur fabricants d'objets connectés, et notamment ceux de la voiture connectée, mais Google n'est pas aujourd'hui encore très présent dans les entreprises sur ce marché estimé à $1420 milliards en 2020. Pour Gartner, en 2017 le marché des particuliers représente 63% des applications IoT en 2017 en nombre (communiqué) mais les dépenses des entreprises représentent, elles, 57% du marché en chiffre d'affaires. Le marché des entreprises créée donc beaucoup plus de valeur autour d'un objet connecté.

Ce segment du marché des solutions informatiques est déjà très occupé par des sociétés spécialisées sur le monde l'industrie (comme PTC qui annonce sa version 8 de ThingWorx et veut en faire le Microsoft Office de l'IoT), mais il attire aussi les convoitises des nouveaux acteurs du Cloud comme Amazon, Microsoft et plus récemment Salesforce. C'est aussi un virage stratégique pour SAP et sa plateforme HANA, un éditeur bien implanté dans l'industrie notamment en Allemagne.

Tous les quatre proposent maintenant une offre de collecte des données des objets connectés industriels : machines dans une usine, réverbères dans une ville ou compteurs d'eau chez les particuliers, pour en remonter les données mesurées régulièrement directement dans leur Cloud. 

Vous l'avez compris, capturer les données c'est ensuite un formidable produit d'appel pour utiliser les autres services Cloud de ces fournisseurs, y héberger les applications métiers qui ont besoin de ces données ou de souscrire à leurs propres services de data visualisation par exemple.

Le Cloud de Google ne pouvait pas laisser passer la combinaison motrice de la 4ème révolution industrielle : Cloud + IoT

C'est donc chose faite puisque Google a annoncé sa plateforme "Cloud IoT" de collecte de données, intégrée avec sa plateforme Cloud et ses autres services. Les atouts annoncés sont la disponibilité, l'interopérabilité avec le monde industriel, et la capacité des infrastructures de Google à absorber et traiter beaucoup de données, car le sujet n'est pas tellement applicatif, mais surtout technique. Les DSI qui regardent ce type d'offres pensent à étendre les capacités (nécessairement limitées) de leurs propres infrastructures.


La tendance observée est donc celle de la poursuite de la convergence "OT" + "IT", dans toutes les activités de l'entreprise. Les OT ("operational technologies") sont les technologies au cœur des chaînes de production et les IT ("information technologies") sont les technologies de l'informatique dites de gestion par rapport à l'autre informatique, dite industrielle. Des informatiques qui parfois ont même chacun leur propre DSI pour leur gouvernance.

Les opérateurs de télécoms connaissent depuis longtemps cette convergence entre ces deux informatiques, celle qui assure la communication (réseau, autocom...) et l'information de gestion (facturation, services...). Les regroupement des deux DSI, celle OT et celle IT, se sont produits au début des années 2000. Internet a ensuite confirmé cette tendance en imposant IP comme protocole unique de communication pour les réseaux et les offres de communication ont toutes convergé. 

Aujourd'hui toutes les entreprises sont confrontées à cette fusion OT+IT, car même les entreprises qui pensaient ne pas avoir "d'OT" les voient apparaître avec l'internet des objets le long des chaînes de production et de livraison, et également avec la multiplication des capteurs (dont les coûts baissent), mais aussi au cœur de la relation avec les clients (box, objets connectés...).
Mixer en temps réel les données des ventes (IT) et de la température ou de l'éclairage des magasins (OT) devient une optimisation de la performance possible pour un distributeur de vêtements ; comme un industriel va lui piloter la qualité de fabrication en fonction (IT) de la température de chauffe d'une machine (OT).

Vous saviez qu'à l'ère du digital, toutes les entreprises allaient devenir des éditeurs de logiciels, on peut désormais ajouter que ce sera avec une infrastructure d'informatique industrielle.

D'ailleurs dans de nombreux cas les capteurs sont déjà là, ce qui va accélérer les applications par rapport au grand public qui doit encore s'équiper en nouveaux objets. Ce qu'il manque c'est de pouvoir y accéder!
La difficulté c'est soit parce que les constructeurs gèrent ces données à un format propriétaire, soit tout simplement parce qu'il n'y a pas de possibilité technique (port, interface, données analogiques...) de les extraire. Mais la capture de ces données avec des "add on" (2) permettant d'ouvrir les données de ces équipements (1) attire de plus en plus de startups qui débordent d'imagination pour réutiliser ces données en dehors des équipements avec de nouveaux services d'optimisation (3). C'est une application concrète de l'opendata, un concept qui est loin d'être réservé aux organismes publics voulant faire preuve de transparence. Dans les cas où l'interface existe et est normalisée, comme dans les véhicules et les camions, c'est encore plus simple.


Tout équipement de l'entreprise qui ne sera pas connecté au Cloud pour pouvoir en lire les données va vieillir en accéléré et devenir un équipement "legacy" de l'entreprise.

De facto, un corollaire est le besoin de renfort de la sécurité des SI des entreprises qui doivent imaginer de nouveaux moyens de défense adaptés à ce nouveau paradigme.

Une fois ces données collectés, Google met en avant la puissance de ses autres services Cloud comme BigQuery pour avoir la capacité de traitement d'importants volumes de données ou ses API de machine learning qui peuvent apprendre de ces données. On retrouve ici la cohérence avec stratégie "AI first" de Google qui propose les outils d'exploitation de ces données et c'est là que Google peut dépasser ses compétiteurs.

Aujourd'hui l'attention est sur la "datavisualisation" et on s'extasie dans les démos de Salesforce voir la température d'un moteur en temps réel sur un smartphone, et on a pas attendu Salesforce pour avoir ce type d'applications dans l'industrie, mais demain la question sera de prédire cette température et d'optimiser la performance en temps réel avec cette prédiction. D'où certainement le partenariat stratégique en Salesforce et IBM pour bénéficier des avancés de Watson, l'IA d'IBM, sur la plateforme de Salesforce.

Et puis ces données vont aussi devenir des photos et de la vidéo qui va demander encore plus de puissance de stockage et de traitements. Les API de traitement d'images et de vidéos (Cloud Vision API)  ont été présentées à la conférence et sont déjà impressionantes pour catégoriser et identifier des objets en temps réel (détection de visages, d'objets, de lieux, de marques dans les photos et vidéos, lecture OCR dans l'image...)

Avec cette perspective de l'IA à la fin de l'équation Iot + Cloud, non seulement Google exploite son avantage pour rattraper son retard, mais il pose aussi une double question à tous les acteurs du SI de l'entreprise : votre infrastructure est-elle prête à affronter les défis des besoins des entreprises numériques et industrielles ? quel est votre plan IA ?

Sans aucun doute, l'internet des objets est certainement en train de se construire dans les nuages.

SHARE THIS

0 commentaires: