jeudi 27 mars 2014

TechTrends 2014: ces forces qui transforment l'entreprise par la technologie

Mardi soir, s'est tenue dans les locaux parisiens de Deloitte, la présentation des "Tech Trends 2014". Le résultat du recueil de tendances de ruptures ou de tendances anciennes qu'il est temps de reconsidérer. 
Les 5 tendances de ruptures qui ont été retenues, doivent, pour Deloitte, se développer fortement a défaut d'être généralisées dans les 18 prochains mois. Mais surtout, elle concernent le business et sont rendues possible par la technologie... et non l'inverse !

C'est Mark White, Global Consulting Technology CTO de Deloitte, qui montre connectée au poignet, tablette Nexus dans la poche et Google Glasses prêtes à sortir, est venu prêcher devant un public de DSI de tous horizons.
A la clef les convaincre qu'ils avaient le pouvoir de changer le business et donc de considérablement revoir leur "posture" dans l'entreprise vis-à-vis des autres Directeurs.
Pendant la conférence un graphiste mettait en image ces tendances.

CIO as Venture Capitalist

Cette première tendance ne surprendra pas les lecteurs de GreenSI puisque ce sujet a été abordé a plusieurs reprises (Mettez une startup dans votre agenda numérique).
 
Comment le DSI doit oublier une partie de ses règles de gouvernance, faites pour éradiquer le risque et au contraire emprunter aux VCs (venture capitalists) de nouvelles règles.
Un VC va investir dans 10 startups, 7 vont survivre mais sans rien faire d'extraordinaire, 2 vont rapidement disparaître et engloutir l'investissement initial et 1 va "sur-performer" au delà de ce qui était attendu. Elle sera un véhicule de transformation de son industrie.
Par comparaison la gouvernance du SI va elle essayer d'avoir 10 projets qui vont "tranquillement survivre" sans rien faire d'extraordinaire, mais qui seront totalement conformes a ce qui avait été prévu. Même si le monde et les besoins ont changé entre temps... Or si vous voulez avoir une chance de fournir à l'entreprise numérique ses prochains atouts concurrentiels, dans un monde qui accélère et avec des usages non déterminés, c'est plus l'approche du VC qu'il faudra mettre en place en étant moins exigeant sur la gouvernance "canal historique".


C'est à dire mettre en place à la DSI moins trois choses pour se rapprocher des méthodes des VS:

  • avoir toujours sous la main un portefeuille de projets, plus ou moins risqués, pour détailler le champ des possibles dans les domaines qui sont clefs pour votre business. Y compris l'utilisation en pilote de technologies de startups qui se lancent, voir le rachat de sociétés technologiques à  intégrer à vos produits.
  • développer les méthodes de valorisation de ce portefeuille et une gestion des risques et donc le système de capture d'information et de données qui permet d'analyser votre environnement
  • et le plus important: utiliser le langage du business et pas de la technique, pour décrire et vendre ces projets. La question est bien celle de la position concurrentielle de l'entreprise une fois votre industrie transformée par la technologie et non pas celle de la technologie elle même.

Cognitive Analytics

Cette seconde tendance de rupture doit s'interpréter comme un nouveau stade du décisionnel. Un stade où la capacité d'analyser l'information en temps réel et avec des méthodes proches du raisonnement humain, permet à la machine de prendre en charge plus de décision en automatique.
Des projets comme "Human Brain" financé par la Commission Européenne, vise déjà a construire d'ici 2023 un modèle opérant de cerveau humain. Mais cette tendance indique que sans attendre cette date, et de façon plus modeste, des usages limités et financièrement abordables de ce type de technologies vont se développer.

IBM a d'ailleurs regroupé toutes ces activités dans la division Watson, du nom de programme d'intelligence artificiel, lancé il y a quelques années, et qui a battu une équipe humaine a un jeu de connaissance (Jeopardy) en étant connecté à Internet.

Diagnostic médical, assistants, maitrise de l'énergie, ces projets quittent la R&D pour arriver dans des applications opérationnelles pour l'entreprise. Ils risquent de concerner beaucoup de DSI.

Industrialized Crowdsourcing

Cette troisième tendance de rupture annonce la maturité des outils pour permettre le "crowdsourcing", c'est à dire cette capacité de faire appel à un grand nombre d'acteurs (crowd - foule) pour réaliser une tâche.


Les évènements récents ont donné une nouvelle application, concrête et parlante pour le grand public, de ce type d'approche: la recherche des débris du vol Malaysian Airlines MH-370. Un programme distribuait les photos satellites récupérées en masse pour l'occasion, a des milliers de personnes qui les exploraient pour dire si il y avait une possibilité dé débris dans ce qu'ils voyaient. Identification assistée par... humains !

Or les places de marché pour distribuer (outsourcer en fait) des tâches, contre rémunératio,n existent déjà notamment Amazon Mechanival Turk ou pour des experts très qualifiés sur Kaggle.com. A nous d'en trouver les usages pour repenser les processus de l'entreprise et de les mettre en oeuvre a plus grande échelle.

Digital Engagement

La relation numérique est la quatrième de ces tendances de rupture. Elle ne surprendra pas non plus les lecteurs de GreenSI habituée de ce blog.

On assiste au développement d'une relation avec les clients sur plusieurs canaux à la fois, parfois ils s'enchaînent, parfois en même temps quand les réseaux sociaux sont utilisés pour commenter émission regardée à la TV. Mais la relation numérique ne s'arrête pas au canaux numériques et inclue les magasins pour les entreprises qui en ont. Des magasins où les clients se promènent avec leur mobile dans la main pour explorer le web en même temps. Attention à la cohérence de votre entreprise entre la présence en ligne et en point de vente.

On parle d'omni-canal en remplacement du multicanal. 

Cette transformation met en exergue que l'information associée au produit est aussi importante que le produit, d'une certaine façon elle vient remplacer le packaging. 

Mais si on pousse un peu plus loin la transformation, certains produits pourront même être modélisés et se résumer a des fichiers qui pourront ensuite être imprimée en 3D. Et comme pour les autre produits totalement numérisés avant (musique, film....) la question de la protection de la propriété intellectuelle et des droits va revenir sur le devant de la scène.

Relations et produits vont donc se numériser encore plus loin. 

Wearables

La dernière tendance de rupture tourne autour des objets connectés. Le mot anglais est d'ailleurs plus précis en parlant 'objet que l'on va porter sur nous (wearable).


Le premier des objets restera le smartphone (ces objets qui vont vous hype-rconnecté) mais la montre connectée est considéré comme le prochain produit qui va se diffuser en masse.
 Sur les traces d'iPhone qui a démocratisé l'ajout de multiples capteurs dans un objet consommateur, une partie de ces objets vont évoluer de la mesure (quantified self) aux conseils de santé (quantified health).

Après notre poignet, la bataille pour augmenter notre vision a déjà commencée, Google bien sûr mais aussi Facebook avec l'acquisition récente de Oculus, un société qui a produit un casque immersif pour le jeu.

Et dans l'entreprise? C'est du côté des travailleurs mobiles qui n'ont pas de bureau qu'il faut chercher et dans des contextes ou l'apport d'information va les aider a prendre des décisions ou simplifier leurs tâches.

Cinq autres tendances à revisiter

Les 5 autres tendances, ne sont pas des ruptures, mais des sujets souvent connus qui reviennent sur le devant de la scène et que je vous laisse découvrir dans le document produit pour l'occasion par Deloitte (cliquez-sur l'image pour le consulter en PDF):
    https://www.deloitte.com/assets/Dcom-Luxembourg/Local%20Assets/Documents/Whitepapers/2014/dtt_en_wp_techtrends_10022014.pdf
  • Technical Debt Reversal : comment gérer la dette technique accumulée et en même être présent dans les nouvelles applications et les nouveaux usages. Pour GreenSI c'est un enjeu majeur de la DSI que de réduire le poids de de "boulet" qui limite son aisance.
  • Social activation : comment utiliser les réseaux sociaux, les écouter mais aussi les "activer" et les utiliser pour la vente ou la promotion de vos produits
  • Cloud orchestration : comment traiter la nouvelle problématique de cohérence qui se pose aux infrastructures avec le développement ou la migration des applications dans LES cloud.
  • In-memory Revolution : comment exploiter l'information en mémoire et en temps-réel dès sa création et moderniser des infrastructures décisionnelles plus adaptées pour traiter des réseaux sociaux ou des objets connectés
  • Real-Time Devops : comment réconcilier le développement et l'exploitation pour mettre en phase la conduite des évolutions, des configurations et la mise en production. Une parfois conflictuelle où les équipes on des agendas différents.

Ce que GreenSI trouve intéressant dans cette exploration de tendances, c'est qu'encore plus aujourd'hui que hier, ce n'est pas la technologie qui est clef mais son usage et sa capacité de transformation.

Une transformation qui est globale et qui concerne aussi bien la DSI elle même (CIO as a VC), que l'entreprise dans sa numérisation et ses processus (Cognitive, Crowdsourcing, Digital), ou que le marché et les clients qui ont repris le flambeau de l'innovation que l'entreprise cherche à suivre (Wearables).

SHARE THIS

0 commentaires: