lundi 9 décembre 2013

Notre culture bride-t-elle notre capacité d'innovation?

Le 29 mars 2013, La Poste lâche une nouvelle: elle teste en Auvergne avec Parrot la distribution de la presse locale par drones.

Et ça marche, le buzz prend et on commence a s'y intéresser, Parrot amenant certainement le crédit technologique nécessaire (Parror AR), mais aussi des blogueurs qui y vont de leur commentaires sur la faisabilité du système. Dont @korben qui habite justement en Auvergne et attend de pied ferme son journal.

 

Mais à l'approche du 1er avril La Poste révèle qu'il s'agissait bien d'un poisson d'avril.
Tout le monde rigole, les syndicats se décrispent, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. On peut préparer tranquillement les ponts du mois de mai qui s'annoncent bien avec un 1er un 8 mai en milieu de semaine.



Voilà que 8 mois plus tard le drone s'envole a nouveau.

Cette fois de l'autre côté de l'Atlantique avec une vidéo qui rapidement fait le tour du Monde et des réseaux sociaux. Amazon serait en train de tester la distribution de ses paquets directement depuis ses entrepôts, par drones, livraison en 30mn... même le dimanche!

Une réalité annoncée pour dans 4 ou 5 ans par Jeff Bezos lui-même, le temps d'avoir les autorisations nécessaires auprès des autorités.

Et la vidéo buzz bien elle aussi (si vous ne l'avez pas vue, cliquez sur la photo). Elle a déjà été vue plus de 12 millions de fois en 5 jours.

Hasard du calendrier, elle sort le jour de la remise du rapport tant attendu de Jean-Paul Bailly, l'ex-patron de La Poste, sur le travail du dimanche en France. Les hélices de nos chers drones Amazon Prime Air ont du bien rigoler elles aussi...

Finalement la question que se pose GreenSI c'est pourquoi la France se satisfait d'un poisson d'avril quand d'autres voient une rupture?

Est-ce notre culture qui bride à ce point notre perception de l'innovation?

Surtout que la même semaine, notre président François Hollande lance lui même le concours mondial d'innovation. L'innovation de rupture est donc bien une priorité pour la France, surtout si elle veut créer les industries de demain.

Un concours proposé en avril dernier par le rapport de la commission d'innovation 2030 qui définit 7 ambitions pour créer un environnement propice à l'innovation en France :

  • Le stockage de l’énergie
  • Le recyclage des matières : métaux rares
  • La valorisation des richesses marines : métaux et dessalement de l’eau de mer
  • Les protéines végétales et la chimie du végétal
  • La médecine individualisée
  • La "silver économie", l’innovation au service de la longévité
  • La valorisation des données massives (Big Data)
Un rapport qui d'ailleurs ne contient pas le mot "drone"...
Mais on en voudra pas à Anne Lauvergon, la coordinatrice du rapport, car choisir c'est renoncer. Et le temps des choix de l'excellence de notre pays à horizon 2030 est arrivé. Même si on peut aussi espérer laisser une place au hasard (la fameuse sérendipité). Après tout c'est le hasard qui a aidé Pasteur (et les autres) a découvrir la pénicilline et l'utiliser médicalement, sans l'aide d'un plan quinquennal. Alors le drone est peut-être la prochaine pénicilline et rappelons que Parrot a son siège social à Paris.

Depuis l'annonce d'Amazon on apprend que UPS est aussi en train de tester les drones et même l'homologue allemand de La Poste, la Deutsche Post. Mais aussi que la Chine est sur la piste de légaliser le principal point de blocage de cette innovation: l'utilisation de l'espace aérien public. Amazon a réveillé l'innovation mondiale autour du drone et d'une autre façon de penser la logistique.

Et là on ne peut s’empêcher de pense à Google et a son approche "Moonshot thinking": fixer un objectif très ambitieux, voire inatteignable, et vous allez voir que les énergies vont se mobiliser pour sortir quelque chose en réelle rupture.

Pour vous en convaincre, jetez un œil sur les projets du site "Solve for X" de la communauté animée par Google qui se définit comme ceux qui travaillent a la croisée des problèmes énormes, demandant des solutions radicales et des ruptures technologiques.

Ce sont les Google Glasses, mais c'est aussi l'approche du projet voiture sans chauffeur de Google. Non seulement elle permet de sortir des prototypes, mais en plus elle forge l'opinion du marché sur le fait que Google est un acteur plus crédible pour commercialiser la voiture de demain que les constructeurs d'aujourd'hui (A relire).

D'ailleurs on retrouve aussi dans cet exemple, l'utilisation de l'espace public qui a été ouvert à la voiture sans chauffeur par les autorités de l'Etat du Nevada dès 2011, puis de la Floride en 2012.

Et on comprend mieux que le rôle de l'Etat n'est peut-être pas uniquement de stimuler les entreprises a innover, mais aussi de supprimer les freins à l'innovation qu'il a lui-même créés où qu'il gère de droit. Comme l'espace public, les fréquences, les normes,... C'est bien cette question qui est posée par les Chinois avec les drones.

Peut-être une idée à creuser pour la prochaine mise à jour du rapport sur l'innovation 2030?

En attendant, puisqu'on sait que notre culture française nous a éduqué a reconnaitre les poissons d'avril et non les ruptures technologiques, si on veut innover, il est peut-être temps de croire au père Noël!
De retrouver nos pupilles d'enfants, dilatées par la magie de ce qui est nouveau, avant de dire que ça ne marchera jamais. Et ça tombe bien, c'est dans deux semaines. Jingle bells, jingle bells,...

 

SHARE THIS

0 commentaires: