samedi 14 juin 2014

Evolution de l'ERP: au nom d'HANA


"Au nom d'Anna" c'est ce film romantique qui raconte l'histoire de deux hommes, retrouvant 12 ans plus tard à NewYork, Anna, l'amour de leur jeunesse sur les bancs de l'école. Romance, rivalités et autres manifestations de virilité, rythment cette comédie sentimentale.

"Au nom d'HANA" pourrait être l'histoire de deux vétérans des ERPs, retrouvant la vertu de la donnée temps réel et de la simplicité; perdue sous des couches de modules fonctionnels et de fusions-acquisitions, qu'ils ont savamment orchestrées ces 30 dernières années pour maximiser leur revenus. 



Et comme dans le film romantique, les coups d'éclats ne manquent pas et perlent l'actualité d'annonces.

Comme cette semaine celle de Larry Ellison le patron d'Oracle, annonçant l'adoption de la base de donnée en mémoire, un peu plus de 3 ans après son rival.

Episode 1: ERP tout intégré.

Dans les années 70 SAP invente à la fois le concept de progiciel paramétrable (A est pour application dans S A P) et de base de données unique en son coeur. Tous les modules devront partager cette base de données qui est, pour le SI de l'entreprise, la promesse de la cohérence et de l'analyse de ses activités le long de ses processus transverses, sans aucune barrière entre les départements (marketing, vente, production,...).La suite de l'histoire montrera que la réalité de l'entreprise est loin de ce monde parfait, peut être la faute à l'entreprise d'ailleurs.

Fin des années 80, Oracle, leader de la base de données du même nom, flaire le danger que toutes les bases de données puissent être vendues avec des applications et lance Oracle Applications, un concurrent de l'ERP de SAP. Quelques acquisitions plus tard, ces deux compères se partagent le monde de l'ERP, avec un Microsoft numéro 3 encore loin derrière.

Mais voilà que dans les années 2010 (année de sortie de GreenSI), le tout intégré est passé de mode, et que la mobilité, le social et le cloud, remettent la donnée sur le devant de la scène.

Episode 2: au nom d'HANA, la Data en toute Simplicité

SAP sors alors de ses labos, HANA, une plateforme de base de données en mémoire, synchronisée avec son ERP et ouverte sur l'extérieur car HANA peut même charger des données "non SAP". Pour ceux qui connaissent SAP, le mot "ouvert" est déjà une petite révolution...

Dans le service public on parlerait d'opendata, mais avec ici une architecture nettement plus avancée que tous les portails opendata qui existent. Car HANA est accessible par SAP-Business Object en tant que client pour la manipulation de données (une acquisition stratégique de SAP en 2007), mais aussi par des API permettant simplement le développement d'applications, notamment mobiles qui ont besoin de données persistantes et fonctionnent plus difficilement en transactionnel. Le tout avec un "studio" pour administrer ces interactions. 

La promesse de la valeur de l'accès a toutes ses données revient sur le devant de la scène, avec plus de chance d'être tenue cette fois-çi

L'intégration fonctionnelle est couteuse, celle par les données plus simple.
SAP a d'ailleurs commencé la simplification de ses suites applicatives avec "Simple Finances" des applications d'exploitation des données financières écrites directement sur HANA.



Ce n'est donc pas un hasard si IBM, qui investit massivement pour proposer son infrastructure Cloud aux entreprises, via son acquisition Softlayer, annonce la mise à disposition sur sa plateforme Cloud  des solutions HANA et SAP Business Suite (incluant BusinessObjects). Car HANA demande quand même une infrastructure robuste. Le produit est aussi disponible sous la forme d'un "appliance" déjà installé et configuré sur un serveur.

Et pourtant, peu de DSI clients de SAP ont adopté HANA a ce jour selon les déclarations de l'éditeur. Prix, mauvaise période, manque de ressources... ou les trois, la vision de l'évolution du SI SAP en passant la case HANA ne coule pas encore de source pour tout le monde.

Le monde de la donnée n'est donc pas encore une parfaite romance pour SAP qui va devoir poursuivre sa recherche de simplification et d'innovation dans son organisation et prépare une réorganisation. De façon étrange vu de l'extérieur, le père d'HANA, Vishal Sikka ex-Directeur Technique, a quitté SAP il y a quelques semaines pour rejoindre Infosys, la SSII indienne. Dans ce contexte, la grande messe SAPPHIRE du début du mois, n'a donc pas réussi a rassurer tout le monde sur les évolutions de SAP et présage encore quelques surprises.

Alors Oracle essaye de mettre les bouchées double pour rattraper ce qui, pour GreenSI, ressemble a une architecture de demain.
Une architecture permettant de conserver encore un certain temps ses applicatifs anciens.
Une architecture où la donnée, le temps réel et la simplicité pour son accès, est remise en avant, comme aux premiers jours de l'ERP.  

En septembre dernier, à Oracle OpenWorld la conférence annuelle d'Oracle, Oracle In-Memory Database Cache a été annoncé et cette semaine confirmé pour le mois prochain par Larry Ellison à partir de la version 12c de sa base de données. 

Oracle, après son rachat de Sun en 2009, a aussi une offre en serveurs performants pour l'analyse de données (Oracle Exalytics In-Memory). C'est donc une annonce importante pour les évolutions d'Oracle Applications mais aussi les nombreux développements Oracle des entreprises. 

Suffisante pour que SAP se méfie du retour de ce patron aussi playboy que sportif.

Une comédie romantique autour de la donnée temps réel des entreprises qui ne manque donc pas de rebondissements. Gardez la sur vos radars, car à coup de milliards, ils sont en train de jouer avec l'avenir de vos données...



SHARE THIS

0 commentaires: