lundi 13 juillet 2015

Les API au coeur de la valorisation de l'entreprise numérique

Le 9 juillet, s'est tenue la 5em et dernière matinée de l' #APIConnection, sur le thème de la valorisation et des APIs. Une conférence où les différents modèles de revenus associés aux APIs ont été explorés. Car dans une économie numérique, les APIs sont stratégiques dans la transformation digitale, mais jouent aussi un rôle clef pour matérialiser la valeur de ces nouveaux échanges économiques.

Pour CXP-PAC, qui a actualisé son enquête sur la maturité numérique des entreprises, le taux de réponse à la question de la monétisation des APIs est passée de 5% à 12% des entreprises en 5 mois (entre la 1ère API Connection et la 5ème). Montrant par là, la prise de conscience très rapide des entreprises françaises à la fois sur les APIs et sur leur valeur.

Exemple de stratégie APIs des GAFAs

Le site ProgrammableWeb recense à ce jour 13.702 APIs publiques. Les 10 APIs les plus réutilisées pour écrire de nouvelles applications sont celles de Facebook, Google Maps, Twitter, YouTube, AccuWeather, LinkedInAmazon Product Advertising, Pinterest, Flickr et Google Talk.

Sans surprise, on retrouve dans cette liste les leaders du B2C qui ouvrent leurs APIs à d'autres entreprises pour valoriser le contenu qu'ils accumulent. Par exemple intégrer des photos (ex. Flickr) et vidéos (ex. Youtube), ou vous laisser développer des jeux ou des applications sur leurs plateformes (ex. Facebook, GoogleMaps). 

Twitter, dont l'API est disponible à l'adresse dev.twitter.com, a dès le début ouvert les APIs de sa plateforme à tout ceux qui voulaient créer un nouveau "client" pour consulter les tweets ou développer des modules sophistiqués d'analyses de tweets. 

Ce qui a permis une croissance très rapide du réseau Twitter et l'accès à de "l'open innovation" (comme l'ajout de photos dans les tweets, imaginé hors Twitter). Mais en 2012, Twitter a commencé à "fermer son robinet" à tweets pour ramener les utilisateurs sur ses propres applications clientes sur PC ou sur mobile. En complément, Twitter a racheté les plus populaires comme Tweetdeck ou Tweetie pour éliminer la concurrence, et regagner la relation directe avec ses utilisateurs.

Google a aussi exploité l'ouverture de ses APIs cartographiques, puis changé son fusil d'épaule quand il a rendu payant l'accès à GoogleMaps. Ce qui a provoqué la migration de certaines applications vers les APIs d'OpenStreetMap (en open source). 

La maitrise de l'ouverture (et de la fermeture) des APIs est donc un aspect très stratégique du développement des GAFAs. Une question qui dépasse la question du système d'information et donne une opportunité (de plus) aux Directions Générales de s'intéresser à un sujet qui n'est pas que technique.

Quelle valeur pour les APIs ?

La valeur d'une API pourrait se résumer par la formule suivante (proposée par GreenSI):
Pour réussir à monétiser des APIs, les capacités de la plateforme vont bien sûr être nécessaires, mais pas suffisantes.

Il faudra aussi un modèle économique, une capacité à les exposer auprès du maximum d'applications, notamment sur différents terminaux, et en faciliter l'adoption. Par exemple avec un site développeurs et l'animation de communautés. 

Pour le dire différemment, la meilleure plateforme ne rapportera rien à l'entreprise sans un modèle économique, et une stratégie marketing affirmée. Le modèle économique pouvant être le gratuit pour accélérer une croissance, ou la commercialisation d'un droit d'usage de l'API, par abonnement fixe ou proportionnel au trafic. Mais on peut aussi imaginer un modèle indirecte où tout un eco-système se rémunère sur la valeur des échanges, comme dans le cas de Cookpad, discuté lors de la table ronde.

Cookpad c'est le "marmiton américain". Mais contrairement à Marmiton, propriété d'un groupe média, il ne valorise pas son contenu (les recettes de cuisine) par la publicité ou une revue en kiosque. Cookpad enrichi son contenu dans un réseau social et l'ouvre avec ses APIs. Les restaurants et la grande distribution peuvent valoriser les tendances d'usages des produits et les recommandations des cuisiniers, ils vont donc devenir des sources de revenus pour Cookpad.
 
Ce contraste entre Marmiton et Cookpad, démontre qu'une base de donnée peut se valoriser de plusieurs façons possibles. L'entreprise a donc le choix pour définir sa stratégie.
 

Dans les exemples de valorisation des APIs que nous avions déjà pu étudier lors des matinées précédentes, le cas de LaPoste et de ses services d'identité ouverts aux développeurs, et le cas d' Orange qui ouvre l'accés à ses clients aux services innovants de startups.

On peut aussi aborder les APIs sous l'angle de la valorisation des données pour créer de la valeur en les exploitant, les consolidant, les croisant ou les analysant. Surtout si ces dernières permettent de développer de nouveaux services ou de réinventer des services existants, et d'amener ainsi une possibilité de transformation du modèle économique. 

La valorisation des APIs semble conduire sans détour sur la valorisation des données de l'entreprise. C'est donc certainement un bon point de départ pour définir votre stratégie APIs et imaginer les pistes que votre entreprise et son système d'information pourraient prochainement parcourir.

SHARE THIS

0 commentaires: