dimanche 17 mai 2015

Les plateformes API de l'entreprise numérique

Le 12 mai c'était la 3em matinée de l' #APIConnection sur le thème des retours d'expériences et des bonnes pratiques de mise en oeuvre des API. Car si la mise en oeuvre d'une API au niveau de la DSI et d'une application n'est pas très compliquée, l'articulation d'une stratégie API efficace au niveau de l'entreprise est une autre affaire.

Pas nécessairement très complexe, mais demandant une approche globale et une compréhension de la valeur métier et des enjeux poursuivis.

Quelle stratégie pour la mise en place d'API?

C'est le premier enseignement de cette matinée. Les API sont certes essentielles à la stratégie numérique des entreprises (Quand les API vont tous nous connecter), et de façon plus centrée à la stratégie omnicanal pour délivrer une meilleur expérience aux clients (API: les dessous de l'omnicanal), mais pour cela il faut mettre en place une stratégie de plateforme et adapter son organisation. Deux témoignages très riches ont nourri ce retour d'expérience.
Tout d'abord celui d'Orange, qui au niveau mondial a souhaité ouvrir ses API pour que des partenaires puissent être intégrés dans leurs portails clients. Par exemple pour le service FamillyWall, une sorte de Facebook privé, qui est offert aux clients "open" d'Orange sous le nom FamillyPlace et intégré au SI d'Orange. Et ce au niveau mondial donc dans plusieurs Business Units. 

Leur première aventure avec les API, a été de mettre en place les API au sein de chaque BU. Ce qui avait le mérite d'être simple dans un groupe à l'organisation complexe. Mais rapidement le projet a fait machine arrière suite à de multiples difficultés. La bonne organisation est nécessairement transverse.

Les API sont là pour masquer la complexité des SI et des organisations à l'extérieur.

 

Orange s'est alors attaqué a faire converger en interne ses API et offrir une seule plateforme pour leur diffusion:orangepartner.com. Et en terme de format, d'évoluer de la SOA et du XML maison vers des formats REST et JSON permettant le self-service. C'est à dire la capacité pour les développeurs partenaires de les utiliser seuls, une fois l'enregistrement sur le portail partenaire effectué.


 

Le second témoignage est celui de l'API Academy, association très active pour évangéliser les développeurs sur les usages des API, dans des conférences à travers le monde. Pour Ronnie Mitra le Design des API est quelque chose d'essentiel si on veut qu'elles soient ensuite utilisées et efficaces.

Un design qui doit à la fois faire preuve d'empathie vis à vis des futurs utilisateurs, qu'il faut donc chercher à connaître, mais aussi intégrer dès le départ la maintenance. Car les API publiques sont comme les diamants, elles sont éternelles, une fois que des partenaires s'y seront connectés pour délivrer leurs services.



Mathieu Poujol, analyste CXP/PAC en a profité pour faire le point sur le baromètre de la transformation digitale avec un retour du panel sur les API. A la question quelles sont les meilleures pratiques en matière de gestion des API, le focus actuel des entreprises est autour de la publication de nouveaux services et pas encore dans l'exploitation des services déjà existant dans le SI. Mais comme on l'a constaté chez Orange, leur ouverture demande une adaptation de l'organisation et la mise en place de possibilités de self-service pas toujours développées en interne. Cela prendra donc plus de temps.

Le temps des plateformes API

Il semble donc plus facile de démarrer avec de nouveaux services. Mais les API jouent un double jeu. A la fois de développement de nouveaux services numériques des entreprises digitales, mais aussi de réorganisation interne du SI pour aligner son architecture et ses données sur les besoins d'ouverture de l'entreprise numérique.
Pour cette réorganisation, les témoignages de NexworldCGIMoskitos et OpenDataSoft, lors de cette 3em matinée démontrent l'intérêt de mettre en place une plateforme pour la gestion du cycle de vie des API (API management) et leur diffusion sécurisée (API Gateway).
Plusieurs logiciels existent dans ce domaine, dont la suite de CA Technologies. Mais il est aussi possible de souscrire a des plateformes en SaaS avec des sociétés qui mettent en place une partie de l'infrastructure pour vous. Il ne reste plus qu'a vous y connecter.

Moskitos avec sa plateforme Crosscut assure les échanges entre le SI d'une société de cosmétiques, et un objet connecté utilisé dans ses points de ventes au niveau mondial, pour donner un diagnostic immédiat de la peau des clientes et proposer leur les produits cosmétiques les mieux adaptés à leur profil. C'est aussi l'occasion de stocker ces informations dans le CRM et d'accéder à des API externes de données météo locales (qui influencent le diagnostic).

OpenDataSoft avec sa plateforme de traitement de données qui permet à des utilisateurs non informaticiens de charger des fichiers (xls, csv...), puis de travailleur leur visualisation sous la forme de cartes par exemple, et de générer automatiquement les API qui peuvent ensuite être utilisées pour intégrer ces données de façon dynamique dans des portails.
Une plateforme qui équipe déjà, entre autres, la ville de Paris et Toulouse Métropole pour la diffusion en open data de leurs données.

Le thème API s'avère donc être plus qu'un simple dispositif technique pour Geek, mais bien une réflexion a lancer pour préparer son SI a s'ouvrir pour délivrer de nouveaux services numériques ou développer des eco-systèmes de partenaires. Autant de raisons pour les mettre sur votre radar stratégique.

Et ne ratez pas non plus la prochaine (et 4eme) #APIConnection qui sera le 16 juin 2015 pour aborder les enjeux de sécurité et juridiques associés à cette ouverture.


SHARE THIS

0 commentaires: