samedi 30 août 2014

Flashback sur la maison connectée et les telcos déconnectés

Cette semaine, en classant des vieux dossiers, je tombe sur une étude privée, réalisée en 2007 par un grand cabinet de conseil sur le "home networking de demain et les devices associés".  Comme en 2014 on peut considérer qu'on est le demain de 2007, avant de la ranger verticalement et définitivement dans la corbeille, apprécions les convictions de l'époque. Petit flashback instructif!

En 2007, dans la maison connectée, c'est le rush vers le "quadruple play", TV+Fixe+Internet+Mobile, avec des grands usages que sont l'internet via le PC, la musique digitale, la TV numérique, la téléphonie IP, les jeux vidéo, et la domotique.

Les trois moyens de "rentrer numériquement" dans cette maison sont par la porte du FAI, de l'opérateur mobile ou du distributeur d'eau ou d'énergie. Et les acteurs  qui ont donc un avantage sont, les fournisseurs de solutions domotiques déjà présents (Legrand,...), les fournisseurs de services (ex. Eau, Gaz,....) et les telcos à la recherche de services pour remplir leurs tuyaux et capitaliser sur la présence dans le domicile de leur box.



Côté terminal, la prévision pour le "3em écran de la maison" qui va se développer selon cette étude, c'est :
  • l'ultra PC mobile
  • le cadre photo numérique
  • et l'écran détachable de la box (à l'époque la Sony Milo).
Dans ce contexte, la maison connectée est une opportunité de développement que vont se partager les telcos, les fournisseurs domotiques et les utilities.

Et bien l'avenir (2014), en France, en aura pour l'instant décidé autrement.

En 2014, les nouveaux écrans dominants sont le smartphone et la tablette, le cadre photo numérique enterré, et l'ultra-PC commence à décoller, mais est très loin derrière le mobile.

Les telcos sont sous perfusion. Le mobile qui jusque là amenait le cash, a fondu comme neige au soleil en France avec l'arrivée de Free et tous s'accrochent à l'accès internet, qui avec la convergence est devenu le marché dominant pour raccorder la maison. 

Mais là où l'étude voyait l'existence de la box comme un avantage concurrentiel, les services domotiques ou de la maison connectée ne sont pas fournis par ces acteurs. 

Les telcos ont cependant réussi a en tirer partie pour la TV numérique. Mais tiendront-ils leur position avec l'arrivée en France de Netflix le 15 septembre (Netflix: clap officiel).

La box et son bouquet de services restent un atoût sur ce marché et vont certainement faire l'objet de toutes les attentions et des prochaines révolutions. Les annonces de Bouygues Telecom avec sa nouvelle box Miami et de SFR qui intègrent Google play et Google Chromecast, vont certainement dans ce sens.

Mais alors pourquoi un tel écart entre les convictions des meilleurs experts des telcos en 2007 et la réalité de 2014?

L'analyse de GreenSI c'est que l'étude n'a pas considéré un petit détail: le consommateur. Et elle s'est un peu trop concentrée sur le réseau, qui était vu comme un actif incontournable pour offrir les services. Et bien il a été contourné. 

Internet est devenu LA plateforme de services pour la musique, les communications, et maintenant la maison connectée. Une plateforme que les telcos ne contrôlent pas. Tout juste peuvent-ils influencer sur sa "neutralité" et prioriser les flux, pour le compte de ceux qui contrôlent les services en cherchant par là une rémunération.

Une plateforme qui a permis d'amener d'autres business modèles que la facture mensuelle, pour financer les services (publicité, apps, musique, données personnelles,...)

C'est donc par la porte du consommateur qui s'est équipé en objets connectés (le smartphone étant le premier avec l'iPhone sortie en juin 2007) et en souscrivant lui même aux services en ligne, parfois gratuits, car financés indirectement, que ce destin a été changé. 

Et en 2014 cela va continuer car les enseignes comme la Fnac, Lick, et même Amazon, ont des rayons dédiés aux objets connectés qui arrivent tous avec leur lots de nouveaux services (santé, sécurité, domotique...), directement aux consommateurs, sans passer par la case opérateur.



Quels enseignements peut-on tirer de ce retour d'expérience?

Déjà, qu'il ne faut pas croire "à la lettre" les études. Même quand elles sont réalisées par des cabinets de renom!

Elles indiquent plus une direction qu'une prévision de l'avenir. Et certains cabinets comme Gartner associent toujours une probabilité à leurs prévisions. Dans le cas présent, le cadre photo et la tablette amovible de la box, se sont finalement matérialisés... mais avec l'iPad. L'acteur dominant fut Apple et non Orange ou Kodak, ce qui stratégiquement change la donne en terme d'alliances.

Ensuite la valeur d'une étude réside dans le plan d'action qu'elle va engendrer et la vision partagée qu'elle créé dans l'entreprise. Et elle doit être actualisée dynamiquement. C'est ce que résume la citation de Peter Drucker qui a longtemps été affichée dans le bandeau de GreenSI "le meilleur moyen de prédire l'avenir, c'est de le créer!".

Enfin, la relation directe avec le consommateur, par la maitrise d'une plateforme de services, est essentielle dans un monde numérique. A l'image d'Apple avec l'iPhone+Apps qui ont éclipsé le réseau, les objets connectés sont autant d'opportunités pour entrer en relation directe avec ce consommateur et échanger des données via ces plateformes de services.

Les objets connectés sont donc rentrés dans le radar de GreenSI. Et les prochaines annonces seront riches pour cette rentrée des objets connectés (suivez l'actualité sur @dsiathome): Apple avec un "gadget" connecté le 9 septembre, Samsung avec une nouvelle montre, Asus rentre dans la course, Archos sors un bonnet connecté pour écouter de la musique au chaud, la startup Sen.se avec sa mother, Microsoft qui aimerait bien rentrer dans le jeu avec une montre et un incubateur de startups pour la maison connectée ...

Mais les gagnants sur ce marché ne seront peut-être pas ceux auxquels on pense aujourd'hui. Il va falloir bien observer et ne pas se concentrer que sur les grands acteurs.

Et puis si vous êtes DSI, un dernier enseignement est celui du pouvoir du consommateur qui vous rappellera sans aucun doute le BYOD, quand les utilisateurs s'équipent eux même en terminaux et en services (Evernote, Box.net ...), et l’opérateur incontournable cette fois-ci... c'est vous ;-)

SHARE THIS

0 commentaires: