samedi 8 décembre 2012

Google+ ça décolle et les communautés s'installent

Le VP de Google+ (profil) a revendiqué sur son blog 135 millions d'utilisateurs actifs. Pas mal quand même pour une plateforme ouverte il y a 1 an et demi.

Par exemple par rapport à LinkedIn qui a annoncé avoir dépassé ce nombre en 2012 (143 millions) mais qui a été créé en 2003 !
Bien sûr c'est peu devant le milliard d'utilisateurs enregistrés sur Facebook annoncé en octobre, mais Google+ ce n'est pas Facebook.

Google+ n'est pas Facebook parce que Google+ gère mieux la diffusion de l'information et les droits d'accès grâce aux cercles (voir Vivement que les cercles rentrent dans l'entreprise).

Google+ n'est pas Facebook parce qu'il a le potentiel d'intégration avec une application email leader (Gmail), d'applications bureautiques (Google Docs) et de stockage en ligne (Google Drive), de "hangouts" des visioconférences et donc une sorte de poste de travail collaboratif en ligne. De son coté Facebook gère mal les documents mise à part les photos qui restent son centre d'intérêt confirmé avec le rachat d'Instagram et la guerre qu'il déclenche en coupant le lien de ce dernier vers Twitter.

Et avec l'ajout cette semaine de la fonctionnalité Communautés, un nouveau système de partage apparait. Il ne permet pour l'instant que de classer les contributions dans des dossiers personnalisés, de partager des évènements et de les rechercher, mais c'est déjà un pas vers un fonctionnement qui rappelle les réseaux sociaux d'entreprise comme BlueKiwi par exemple.

Et comme Google+ est aussi disponible sur la plateforme Google Entreprises sur abonnement, gérée directement par les DSI des entreprises, il n'y a pas loin à penser que la cible court terme de Google+ ce sont les professionnels. En interne sur Google entreprises (même stratégie que Salesforce Chatter) ou en externe quand ils utilisent Google+ comme moyen de rester en contact avec leurs réseaux.

Et là LinkedIn doit commencer a préparer son plan B car c'est exactement le positionnement de ce réseau, avec ses groupes et la publication des news. Coté contenu, le bouton +1 donne un nouvel avantage de 100 millions d'utilisateurs actifs à Google+. Et coté vidéo rappelons que YouTube est une marque de Google. La force de ce bouton va augmenter avec le nombre de services Google connectés (une nouvelle loi de Metcalfe ?).

Comme pour le bouton LinkedIn, on peut avec +1 publier directement dans une communauté et pas uniquement sur son profil. Donc alimenter son réseau avec des news ciblés sur l’intérêt choisi pour la communauté.


La différence actuelle que je vois en LinkedIn et les Communautés de Google+, concerne la population de ces réseaux. Les plus à l'aise avec le social sur internet sont très actifs sur Google+ et les moins à l'aise avec les réseaux ne fréquentent que LinkedIn (hypothèse). LinkedIn c'est un peu la classe de neige de la prise en main, c'est du moins ce que je constate dans mon entreprise. On s'attaque à LinkedIn quand on commence a se dire que l'on rate quelque chose avec les réseaux sociaux, et ce, bien avant d'aller sur Twitter ou sur Facebook dont la maîtrise du partage fait encore peur aux professionnels. Mais avec le temps cette différence va s'estomper et les utilisateurs de LinkedIn pourraient avoir envie d'aller ailleurs sur les pistes bleues et noires du Social, et de ne laisser au "chalet LinkedIn" que leur CV.

Même analyse avec Viadeo pour les pays ou Google+ est très présent, car une caractéristique de Viadeo c'est son implantation forte en Chine.
 
Le seul point délicat pour Google dans ce scénario c'est que son business modèle dépend actuellement plus des revenus de la publicité que des abonnements Google Entreprises, et a terme des abonnements à ses outils des particuliers si ils veulent enlever la publicité. Et cette semaine Google a annoncé la fin de la gratuité des Google Apps pour les entreprises de moins de 20 salariés... ce qu'il avait juré ne jamais faire il y a 5 ans (article ZDnet)


Mais cette croissance des abonnements ne va pas à court terme compenser les milliards de la publicité. GreenSI voit donc mal comment Google peut abandonner la publicité ciblant Mme Michu Sociale a Facebook, même si il la contourne bien avec sa recherche multi-écrans (PC, tablette, smartphone, TV).
Et pour l'instant ce n'est pas encore avec sa nouvelle cartouche Google+ Communities qu'il va pouvoir tendre une embuscade au leader mondial et incontesté du réseau social

Alors Facebook pour Mme Michu Sociale et Google+ pour les pros?
Vous y croyez? L'avenir nous dira si c'est dans ce sens que se spécialiseront ces réseaux.

En attendant, l'eldorado des communautés est ouvert et les plus actifs hier et ce matin sont en train d'essayer de créer les premières communautés sur les sujets où ils sont influents. J'ai déjà été invité à Entreprise 2.0, Internet des objets, Community Manager... ;-)
Très intéressant d'ailleurs car les 135 millions de Googlers+ sont en train de révéler leurs centres d'intérêts. Pour l'instant je trouve que le social et l'internet dominent, mais c'est certainement juste les plus rapides a intégrer la nouvelle fonctionnalité.


Si vous etes sur Google+ testez les communautés en rejoignant celle de GreenSI+ et poursuivons nos discussions entre deux billets sur ce réseau. En tant que communauté professionnelle, cela parait en phase avec le scénario décrit, donc un bon investissement à long terme ;-)


Alors à bientôt sur Google+ : Communauté GreenSI sur Google+  

SHARE THIS

1 commentaires: