samedi 9 juin 2012


undefined
En Octobre 2011, à Oracle Open World, le virage vers le Cloud pour Oracle fut très marqué et remarqué par GreenSI ( Oracle adopte le Cloud).

Hier, c'est encore plus loin qu'Oracle nous emmène, avec la sortie officielle de Oracle Cloud (cloud.oracle.com) mise en scène par Larry Ellison lui même. Car l'enjeu est important pour cet acteur informatique engagé aussi bien dans le matériel avec Sun que dans le logiciel avec Oracle Applications et les infrastructures logicielles, base de données et Java pour n'en citer que deux. Tous ces produits sont dans la tempête amenée par le Cloud et au coeur de l'avenir du datacenter et de la mise à disposition des applications aux entreprises. Ce que Larry résume en disant qu'il veut faire au datacenter de l'entreprise ce que Apple a fait pour le grand public ("We're trying to do for the data center what Apple did for the consumer"). Belle ambition...

Le discours sur Fusion, architecture unifiée parfois "fumeuse", devenue "Confusion" dans les blagues de comptoir ces cinq dernières années, est donc maintenant plus clair. Fusion c'est l'avenir des suites logiciel: l'ERP dans le Cloud.

Au menu de ce lancement, Fusion CRM les applications de relation clients (déjà existantes) concurrentes de Saleforce .com, et Fusion HCM les modules de gestion des ressources humaines dont Oracle a fait l'acquisition. Rien de bien révolutionnaire dans cette offre, puisque toutes les enquêtes sur le Cloud montrent qu'avec la collaboration ce sont les applications les plus utilisées en mode SaaS. Cependant la promesse d'une meilleure intégration est faite et c'est bien une des limites actuelles du Cloud quand on a plusieurs fournisseurs pour plusieurs applicatifs. Au delà de l'intégration dans un annuaire unifiée, l'intégration entre applications est difficile. Un sujet que les DSI vont donc suivre avec attention, surtout celles qui ont déjà dune partie de leur ERP chez Oracle. Et comme le discours d'Oracle laisse encore la place au "on premise", c'est à dire à l'informatique hébergée dans le datacenter de l'entreprise, cela ouvre la porte a des scénarios de migration vers le Cloud plus progressifs.

Coté collaboration, je passerai sous silence le réseau social d'Oracle encore confidentiel, mais qui sera peut être une brique intéressante pour la "socialisation des applications", ce que Salesforce fait déjà avec Chatter, et qui va être un sujet déterminant pour l'évolution des ERP et du poste de travail.
Plus différenciant pour un éditeur, Oracle annonce aussi de l'infrastructure avec Java pour le développement d'applications sur le Cloud et une base de données dans le Cloud. Ce qui fait dire à GreenSI qu'il y a un réel potentiel pour les DSI derrière cette approche qui répond à l'hétérogénéité progiciels + développement spécifiques, que l'on retrouve dans nos systèmes d'information.
Mais comme toujours avec ces grandes messes marketing, laissons retomber les paillettes, et scrutons à l'horizon la réponse de notre champion européen du logiciel, SAP. Lui aussi engagée dans la même aventure, avec entre autres, l'acquisition de succesfactors, une suite RH dans le Cloud. Car c'est lui qui a été visé par Larry Ellison hier. Et pour cela, Larry s'est même converti a Twitter et a lancé son premier tweet, dans un style offensif et très personnel

 

Nous attendons avec impatience l'annonce de la suite de cette stratégie, des prochains modules applicatifs Fusion et des succès de déploiement en entreprises. En tout cas le dernier des "cloudsceptiques" a l'air d'être tombé et GreenSI, qui va suivre ses tweets avec grand intérêt, lui souhaite plein de followers...

SHARE THIS

0 commentaires: