dimanche 1 avril 2012

BlackBerry dans la tourmente, la saga continue!


Après l'annonce Vendredi de mauvais résultats trimestriels et des pistes d'une nouvelle stratégie, de nombreux analystes ont annoncé la sortie de RIM du marché grand public. Ce matin RIM dément ces "rumeurs" via son blog officiel.
Et pourtant la conférence du 29 mars semblait sans équivoque : « nous prévoyons de nous recentrer sur le marché des entreprises et de capitaliser sur nos forces dans ce segment ». Que penser maintenant ?
GreenSI qui adhère à la thèse de l'abandon du marché grand public et a repris "la rumeur" dans son dernier billet ( BlackBerry dans la tourmente... c'est le moment d'acheter! ) voudrait revenir aux faits pour essayer d'y voir plus clair. Car c'est de la stratégie d'un des opérateurs de (certaines) DSI dont on parle. Et donc l'impact de cette Saga est loin d'être neutre pour les entreprises et ne se passe pas que sur le marché grand public :
  • Le "push mail" a assuré le développement rapide de RIM et d'une infrastructure sécurisée importante qui a séduit les entreprises (B2B) mais n'est plus aujourd'hui la fonction magique de communication dans un monde de messageries instantanées et où Twitter s'intègre à iOS5. Le tactile est passé par là pour renforcer le besoin d'un navigateur et d'applications sur les terminaux. Et l'infrastructure reconnue pour sa robustesse a planté 3 jours en fin 2011, signe d'un temps qui change.
  • La société s'est éparpillée sur deux marchés (B2B et B2C) certainement grâce au succès auprès du grand public de ses terminaux à claviers idéaux pour les SMS... et les forfaits SMS illimités de nos chères têtes blondes. Innover sur deux marchés aux attentes différentes coûte plus cher, c'est un fait. Et quand l'innovation est tirée par Apple, Google, Samsung et Amazon il vaut mieux être en bonne santé et avoir du cash pour investir.
  • Ce qui rapporte à RIM c'est la commercialisation des services aux entreprises et ce depuis l'origine de la société.
  • Le marché grand public est en train de lui échapper depuis l'arrivée de l'iPhone et des terminaux Android, notamment HTC qui en trois ans grâce au grand public a des ventes équivalentes à RIM qui développe son marché depuis 1984. Le marché Canadien résiste encore mais les Etats-Unis sont déjà perdus avec plus de 50% de terminaux Android.
  • La future version de son OS BlackBerry 10 qui devrait rivaliser avec ses concurrents a été repoussée et aucune date n'est annoncée. Et dans un monde dominé par le Cloud, l'OS du terminal n'est que la moitié du sujet et RIM n'a pas encore de réponse sur les services comme iCloud.
Compte tenu de ces éléments, le pouvoir de persuasion de RIM va devoir être grand pour que GreenSI avale que son avenir s'écrit avec les lettres B2C. Et c'est sans compter sur Microsoft qui va finir par arriver sur ce marché avec Windows8, une alliance Nokia sur les Windows Phones et des licences Windows8 à d'autres constructeurs.
Le "démenti" de la "rumeur" rappelle plutôt la saga HP de l'an dernier avec WebOS. Or maintenant nous savons que tous les démentis n'y ont rien fait, la tablette HP est devenue une exception bradée qui n'est plus en magasin, HP s'est centré sur le marché entreprises et les salariés de WebOS ne savent toujours pas sur quel pied danser.
Ne nous laissons donc pas endormir par RIM.
La seule chose que l'entreprise souhaite entendre c'est sa stratégie sur ce marché alors que certains produits comme sa plateforme  BES - Blackberry Enterprise Server - vont dans le bon sens mais pas assez loin pour percer dans le nouveau paradigme de la mobilité en entreprise:
  • ouvrez BES pour piloter d'autres terminaux et résolvez le problèmes des flottes d'iPads et d'iPhones actuellement non administrées,
  • adoptez Android et ne nous emmenez pas dans un nouvel OS BB10 fermé qui sera une évolution risquée pour les DSI
  • distribuez des tablettes Android compatibles avec votre plateforme... celles de Samsung ou Asus au hasard.
  • proposez des solutions au "BYOD - Bring Your Own Device" pour que les salariés puissent utiliser leur BB personnels (et leur tablette) sur le réseau de l'entreprise de façon sécurisée pour tous
Et rappelez vous que la règle dans l'industrie informatique c'est que les revenus viennent du service et non des terminaux.

Ces derniers servent a tisser des liens forts avec les utilisateurs mais pour cela il faut plus qu'un terminal. Même Google a besoin d'un "store" et a lancé GooglePlay (anciennement Android Store) la semaine dernière pour contrer Apple et Amazon. Par contre le "store" des entreprises reste à inventer et les acteurs du poste de travail risquent de le faire avant vous, alors au boulot!

Stoppez les démentis et trouvez vous rapidement  un Directeur Marketing, car laisser ce poste vacant dans un monde dominé par l'offre va finir par ne pas faire très sérieux. Et en l'attendant, dites vous que quand on a un logo formé avec deux BB entrelaçées, ce n'est pas la peine d'aller chercher plus loin son ancrage dans le B2B...


N'hésitez pas à commenter! Le débat se poursuit aussi sur Twitter.
Suivre @fcharles

Pour retrouver les autres épisodes de la Saga RIM:


SHARE THIS

0 commentaires: