samedi 5 février 2011

Le stockage numérique s'organise pour Mme Michu et ses enfants

Première machine numérique (Pascal)
Mme Michu c'est ce personnage imaginaire représentant l'utilisatrice de base en matière de nouvelles technologies (après avoir représentée la ménagère de moins de 50 ans). Elle vie dans un monde où le numérique prends de plus en plus de place et pour nous ce sera un point d'observation privilégié de cette numérisation de l'économie.
N'en doutons pas Mme Michu gère déjà depuis plusieurs années de multiples documents numériques :
  • Le taux de pénétration réel de la téléphonie mobile en France est de 96,9% fin 2010 (rapport ARCEP du 4 Février 2010) or 80% de ces nouveaux compagnons (renouvelés à 80% en 18mois) ont des appareils photos numériques et échangent au dernier trimestre 31 milliards de SMS, soit 158 SMS par français et par mois. Parmi ces documents la photo du nouveau né de sa fille à la maternité qu'elle ne veut perdre sous aucun prétexte et le SMS de réinitialisation de sa chaudière qu'il faut conserver pour bénéficier de la garantie
  • Les ventes d'appareils photos numériques sont au beau fixe et les prévisions de l'institut GfK sur l'année 2010 pour le marché des APN s'élèvent à 5,4millions d'unités avec un taux de pénétration déjà de 64% en 2007. Avec une estimation de 100 photos par an et par personne mon estimation tourne autour de 15Po (15 peta-octects = 15 milliards de Go) de stockage... par an!
  • En croissance aussi, les nombreuses factures numériques de nos fournisseurs qu'elle a acceptée de dématérialiser pour répondre a sa fibre écologique. Et demain les bulletins de salaire numériques vont commencer à arriver, d'abord dans l'interim, puis pour toutes les entreprises.
  • Ses enfants ne sont pas en reste avec les films et musiques numériques qu'ils préfèrent avoir sur leur baladeurs et ordinateurs, que dans une boîte rangée sur l'étagère du salon. Boîte pleine de CD depuis le début des années 2000 et qui ne permet plus d'en stocker un de plus... n'en déplaise à l'industrie du disque, qui au delà de la question du piratage, n'a pas toujours compris que son système de stockage est obsolète et terminera à coté de la cassette VHS et de la cassette audio, dans le cimetière des dinosaures technologiques que visite souvent GreenSI
  • Et comme ses chérubins sont encore scolarisés, l'école en pleine révolution (rassurez vous c'est un processus lent...) ouvre a tout va des environnements numériques de travail (ENT) qui sont autant de points d'accès au système d'information des établissements scolaires, principalement du secondaire. Dans l'entreprise on aurait parlé d'intranet ou d'extranet. J'avoue que ces termes étant de plus en plus galvaudés et avec la virtualisation des postes de travail, j'emprunterai bien au public cette appellation d'environnement de travail et de ressources pour parler de nos postes de travail en entreprise.
  • Je ne m'étend pas sur les nombreux mails contenus sur son PC ou dans un webmail, et qui peuvent avoir une importance critique dans sa vie administrative en relation avec de multiples tiers comme pour ses achats en ligne (24 millions de français achètent sur Internet pour plus de 30Milliards en 2010), ses allocations familiales, les remboursements de santé, les déclaration d’impôts ou tout simplement son carnet d'adresses.
Oui, Mme Michu et ses enfants vivent dans un monde numérique et possèdent déjà au moins une centaine de Go de données, sans en être toujours conscients. Des données hétérogènes et éclatées dans de multiples espaces de stockages, pas toujours choisis quand les tiers avec qui elle est en relation décident de dématérialiser leur processus, sans l'associer ou lui demander son avis. Pire, des acteurs du web comme Google ou Hotmail, lui font croire que le stockage est gratuit, fiable et à vie. La lecture du dernier post de Christophe Lefevre, "votre vie numérique effacée d'un coup de balai de Google!" doit l'aider à réfléchir aux dangers qui la guette.

Mais Mme Michu s'organise et a décidé de prendre en main son stockage numérique !
  • Depuis au moins un an, le catalogue de son supermarché préféré remis dans sa boîte aux lettres, fait la promotion d'appareils de stockage multimédias. Ces machines dédiées sont de vrais ordinateurs monofonctions qui se pilotent à la télécommande.
  • Des services en ligne proposés par les grandes marques d'ordinateurs ou par des sociétés spécialisées, pour quelques euros mensuels qui lui assurent d'avoir un contrat de protection des données, sont dignes de services d'entreprises.
  • Dans certains cas de véritables "coffres forts" numériques comme l'offre de www.coffreo.fr, peuvent être mises en place pour être sûr de retrouver et de prouver l'authenticité dans 20ans les fameux bulletins de salaires dont elle aura besoin pour sa retraite. La Poste est sur les dents pour proposer son offre aussi et réinventer le courrier papier et après ses tentatives de fournisseur d'accès internet et d'adresse mail laposte.net, elle est bien placée mais il va falloir aller vite et réellement innover.
  • Les systèmes de récupération automatique des factures comme efactures.fr sur les comptes des cybercommerçants et autres fournisseurs de services. Certains commencent à s'organiser en portails et offrir des services comme iswigo.fr qui récupère les relevés de comptes bancaires et en fait quelque chose de lisible
  • Le développement des tablettes et des téléphones mobiles permet aussi de développer de nouveaux usages de stockage centralisé et d'accès depuis n'importe où voire de collaboration avec ses enfants ou sa famille. C'est le développement des services box.net et autres dropbox qui va entraîner le déclin de la bureautique telle qu'on la connait et renforcer le besoin de plateforme collaboratives documentaires, mais ça c'est pour un prochain article.
  • Le livre numérique existe avec le Kindle qui depuis 3ans permet d'acheter et de lire instantanément n'importe quel ouvrage de la bibliothèque numérique d'Amazon, mais aussi des livres ePub ou autres formats que l'on peut convertir avec un utilitaire comme calibre.La Fnac a déployé son offre avant Noël et devrait stimuler l'offre d'ouvrage dans la langue de Molière. Toute La Pléiade sur la plage ou à la piscine sans risquer d’animer le papier de soie c'est pour bientôt!
PUBLICITÉ : Plusieurs articles de GreenSI ont abordé au rythme de l'actualité, cette numérisation progressive de notre société et les avantages que pouvaient en tirer les entreprises et les collectivités locales. Consultez les archives !

Mais ne soyons pas trop idylliques sur le début de maîtrise de ses documents numériques par Mme Michu, car des freins à cette démarche existent. La technicité informatique bien sûr avec la difficulté d'appréhender des choses aussi intangibles que le concept de fichier ou l'internet. Il faudra que ce soit simple (iPod, iPad), et connecté (iTunes) et c'est ça le succès d'Apple.

Mais aussi parce que, par exemple, les livres numériques ne sont pas encore les bienvenus, du moins en France. Et pour finir avec une anecdote "coup de gueule", sachez que Hachette fait sa publicité d'ouvrages numériques pour alléger les cartables sur la couverture des ouvrages de 2nd des bambins de Mme Michu. Mais après inscription sur le site mentionné on réalise qu'il s'agit du cartable des professeurs que l'on souhaite alléger (il faut un code Education Nationale pour télécharger) qui eux au passage doivent alourdir celui de leurs élèves pour avoir droit à une réduction sur l'achat de leur livres numériques (en s'engageant a équiper d'ouvrage papier tout leur niveau, donc toutes les secondes par exemples - cf courrier reçu cette semaine). Rassurez vous donc, avec Hachette vos enfants continueront à couper des arbres (à la machette ?) et alourdir leurs cartables et les comptes de la sécu avec le remboursement de leur scoliose... Et si un représentant d'hachette passe sur ce blog, je suis preneur d'une explication évidente que j'aurai ratée et suis prêt à rectifier l'article.

Courrier suite à l'essai d'un manuel numérique Hachette 2nd

Alors entreprises et collectivités locales, Mme Michu est prête!
Associez là dans vos réflexion de dématérialisation, surprenez la, mettez vous à sa place, aidez-la. Et la bonne nouvelle c'est qu'elle est même prête à payer pour les innovations que vous pourrez lui proposer. C'est donc ensemble que nous construiront la société numérique de demain.


SHARE THIS

5 commentaires: