samedi 4 décembre 2010

A l'assaut du monde numérique

Le monde numérique se développe.
Pour le meilleur ou pour le pire et de façon très rapide, plus rapide que le remplacement des générations des hommes qui le construise.
Les plus de 500 millions de membres de Facebook a mi2010 sont un chiffre impressionant pour un seul réseau. Un réseau plus grand que la population des Etats Unis ou de l'Europe. Dont 100 millions sont aussi utilisateurs de Twitter et échanges 55 millions des tweets par jour. La croissance de twitter est actuellement de 300.000 personnes par jour, soit moins d'un mois pour ouvrir un compte a toute la population de la région parisienne !

Mais ce ne sont qu'une des mesures d'un univers numérique  en expansion encore plus immense où :
  • 2 milliards d'internautes ont une identité numérique, qu'ils en soient conscient ou non,
  • ils visionnent à peu près 2 milliards de videos sur Youtube chaque jour
  • le contenu du Web représente 5 millions de terabytes d'information
  • on y accède par 200 millions de noms de domaines dont un peu moins de la moitié en .com
Au coeur de ce monde numérique, des serveurs, des données, du contenu, et des algorithmes de plus en plus sophistiqués comme ceux de recherche de Google (qui n'indexe qu'une petite partie du contenu) qui cherchent maintenant à anticiper les récherches et "deviner" ce que l'on souhaite.

Après les textes, les livres, les films et les musiques, un monde numérique qui est train d'assimiler une nouvelle dimension, la voix humaine. Le moteur de recherche Qwiki, analyse le web et fait une synthèse vocale de notre recherche. Impressionant pour découvrir des personnes, des lieux ou des choses. Coté Google, acquisition cette semaine de la société Phonetik Arts, spécialiste de la synthèse vocale qui a dans ses cartons des synthétiseurs qui peuvent immiter (après apprentissage) la voix de quelqu'un. L'avenir nous réserve un web qui va nous parler et renforcera encore plus notre identité numérique.

Les collectivité locales, de leur coté sont au coeur des territoires. Elles vont créer dans ce nouveau monde les représentations numériques et parfois temps réel de leur territoire. Au départ la géographie avec des projets collaboratif comme OpenStreetMap, mais aussi toutes les données opérationnelles sur la faune, la flore en passant par les horaires des transports. C'est cette tendance de " l'open data" qui amène des villes comme Nantes, Rennes ou Brest et bientôt Paris, à ouvrir leurs données pour "exister" dans ce monde numérique et offrir à ses acteurs la capacité de valoriser leurs données en applications intelligentes. De son coté l'IGN leur offrira gratuitement l'accès à toutes ses données géographiques, une façon élégante de leur donner ce qui finalement aurait eu de moins en moins de valeur. On a beaucoup parlé de SecondLife en son temps, espace 3D privé où des avatars construisent un univers et y passe du temps à se rencontrer. Ne nous y trompons pas, le web deviendra un immense "second life" dans quelques années mais on y agira avec notre téléphone portable géolocalisé.

Et l'entreprise dans tout ça ?
Elle vient juste d'apprendre le web.
Certains etats majors considèrent encore ceci comme un divertissement pour leur fille de 15ans et encore très peu sont présents dans ce monde numérique. Les adeptes de la pensée stratégique de SunTzu auront pourtant en tête que "S'il s'agit de prendre une ville, hâtez-vous d'en faire le siège"Comment se lancer dans les réseaux et en tirer un bénéfice durable ?


Là où se joue maintenant la réputation des marques au delà de l'expérience produit. Mais pour cela l'entreprise doit réaliser qu'elle doit se transformer pour se donner la capacité d'être présente "nativement" dans ces réseaux et mobiliser ses employés et son système d'information :
  • De nouvelles plateformes, actuellement utilisées par les cellules de veille comme les systèmes de détection d'information, vont devenir des systèmes de production. Des systèmes opérationnels temps réel reliés aux systèmes commerciaux et systèmes après vente
  • Via un poste de travail collaboratif, les salariés vont mobiliser leur intelligence collective et engager directement la conversation sur les réseaux et représenter et y défendre les intérêts de leur entreprise
L'entreprise 2.0 est une dimension importante et accessible dès maintenant de cette entreprise numérique. Ce livre blanc ouvrage collectif rédigé par une vingtaine d'agitateurs, bloggeurs et d'experts chacun dans leur domaine (dont greensi), a pour objectif de demystifier la route à suivre et de mobiliser les états majors. Alors lisez-le, et distribuez le autour de vous, la survie de votre entreprise en dépend peut être...

Pour porter cette vision de nombreux auteurs ont participé et développé les thèmes suivants autour de l’entreprise 2.0, merci à eux de m’avoir fait confiance pour coordonner ce livre blanc:



Préface de Pascal Daloz
Formation par Claire Leblond


Positionnement dans le SI par Cécil Dijoux
Plateformes collaboratives par Arnaud Rayrole
ROI par Bertrand Duperrin
Conduite du changement par Frédéric Charles
Relations sociales par Vincent Berthelot
Gouvernance et management par Anthony Poncier
Veille par Aref Jdey
Gestion des connaisances par Christophe Deschamps
Storytelling par Camille Alloing
Social learning par Frédéric Domon
Innovation participative intégrée et responsable par Muriel Garcia
Communautés internes et RSE par Fabrice Poiraud-Lambert
BtoB par Alain Garnier
Personal Branding par Fadhila Brahimi
Génération Y par Julien Pouget
Marque employeur par Franck La Pinta
Social CRM par Mark Tamis
Médias sociaux par Emilie Ogez

SHARE THIS

0 commentaires: