dimanche 26 septembre 2010

Le poste de travail du futur: Cloud, bureautique et communication

Il y a dix jours, Google a présenté deux nouvelles fonctionnalités et commencé son numéro de séduction vers les entreprises et les DSI: ceux qui payent à l’usage et non avec de la publicité dont est tiré la quasi-totalité de ses revenus actuels.

Donc numéro de séduction au Château des Fontaines, près de Chantilly, où Google avait invité 300 directeurs des systèmes d’information d’entreprises européennes et autres influenceurs de l’évolution de nos systèmes d’information.

Google Atmosphere, était lancée sur le thème « Collaboration, Innovation et Business Transformation » , avec un logo en forme de nuage pour rappeler à tous que Google est totalement dans le Cloud, au cas où la communication de son rival Microsoft revendiquant l’Azure, l’ai fait oublié.

Mais aussi avec un clin d'oeuil, qu'il y a une vie après le PC de bureau, la mobilité et la liberté!

Après une dégustation de vins et de fromages dans cette ancienne propriété ayant appartenu a Rotschild (cliché français ou message subliminal sur les plaisirs du Cloud?), Google a présenté son offre Entreprise avec des DSI qui ont abandonné la suite Office de Microsoft et Exchange pour passer au stade suivant de l’évolution des plateformes, celle de Google. En France, Pol Evlard DSI de Malakoff, raconte son aventure que l'on trouve aussi sur le net.

Pour avoir aussi participé au lancement de Office 2010, y compris dans le Cloud, au "vaisseau amiral " de Microsoft à Issy-les-Moulineaux il y a 5 mois, ce fut la réplique de Google aux témoignages des DSI qui venaient d’adopter l’offre de Microsoft, certain en quittant Google. Le tableau sera complet quand IBM présentera au prochain LotusSphere en janvier 2011 le remplaçant de sa messagerie résultant du projet Vulcan, un poste de travail totalement collaboratif incluant suite bureautique Open Source (déjà dans la Cloud) et réseau social.



Ne nous y trompons pas, la guerre du prochain poste de travail en ligne, incluant tous les outils collaboratifs, la bureautique et la communication unifiée est engagée. Pourquoi en ligne, au moins en partie? Parce qu’il sera l’outil de collaboration avec l’écosystème de chaque entreprise, toujours plus éclaté, mais aussi avec les clients. Mais aussi parce qu’il sera le liant entre la multitude postes de travail qui vont déferler dans l’entreprise, du PC fixe, au portable en passant par les smartphones et les tablettes. La stratégie de Google avec Androïd est d’ailleurs très intéressante pour comprendre cette tendance et donne a Google une autre carte à jouer que Microsoft va essayer de balancer à Windows 7 mobile.

Donc pour arriver a ce poste de travail du futur, chacun des trois acteurs met les bouchées doubles. Aux DSI maintenant de faire le choix de la plateforme la plus adaptée a son entreprise, alors les numéros de séduction ne font que commencer ! Bien sûr la séduction des Directions Générales est aussi en marche, d’où l’importance pour les DSI d’avoir une réponse pour aborder cette rupture majeure de la collaboration et du poste de travail, sous peine de rester sec, voir d’être écarté de la décision, quand la DG arrivera avec son chapelet de questions sur la terre promise de la réduction des coûts et de la simplicité.
 Ce fut pour Google l’occasion de rappeler que 3 millions d’entreprises et 30 millions d’utilisateurs ont adopté ses solutions et de lancer de nouvelles fonctionnalités et pour la première fois de réserver l’exclusivité de l’une d’entre elles à l’offre Entreprise (version Premier) avant d’être déployée sur l’offre grand public.

Un système d’authentification renforcé en deux étapes pour plus de sécurité : l’utilisateur entre son mot de passe et un code d’authentification lui est envoyé soit par SMS sur son téléphone portable, soit sur une application qu’il pourra télécharger pour un téléphone Android, un Blackberry et bientôt un iPhone. Le deuxième code permet d’avoir accès à l’ensemble du compte

• La promesse de pouvoir utiliser GoogleDoc sur l’iPAd pour faciliter le travail en collaboration et surtout être disponible sur un ordinateur fonctionnant sans la suite Microsoft Office ni l’OS Windows. Un vent de liberté soufflerait dans le Cloud ?
Le rachat de Docverse il a quelques mois, maintenant intégrés dans les laboratoires, va être aussi l’enjeu d’une bataille majeure pour le contrôle des formats de documents Office. En effet, cette technologie permet de coupler et synchroniser sa suite bureautique Office au Cloud des GoogleApps et donc de partager instantanément ses documents sans changer le produit Office et donc coupant l’herbe sous le pied a la version en ligne d’Offce sur Azure dont Microsoft fait la promotion.

La migration sous Windows7, une fois XP plus maintenu (fin 2013 ?) sera l’occasion pour tous les DSI de se reposer la question de leur poste de travail collaboratif, bureautique et communiquant. La migration « à l’identique » sans considérer le Cloud et les possibilités d’une bureautique en ligne, au moins pour certains dans l’entreprise, sera peut être une erreur qui risque de conduire dans une impasse infranchissable ensuite (pour les habitués de ce blog, je parle du Grand Canyon, consultez la carte pour les autres)



Ne ratez pas cette décision dans les années qui arrivent !



SHARE THIS

1 commentaires: