Latest News

Il n'y a aucun lien entre GreenSI et la société informatique récente du même nom --- - . Fourni par Blogger.
samedi 8 janvier 2011

Préparez vous à la fin du web et au retour des "Grands Magasins"

"Le web est mort" ! 
Chris Anderson, le patron de Wired et auteur visionnaire de “The Long Tail”, a publié son “avis de décès” en AOût 2010 dans un article appuyé par un graphique sans équivoque:





Le trafic sur le web (rouge) décline car la majorité du flux internet est de la vidéo (rose) et des échanges peer-to-peer (violet).

Mais l'état réel du "vrai web", celui auquel on accède par un portail ou un moteur de recherche et dans lequel on navigue de pages en pages et de sites en sites, est encore plus mal en point que ça!
Facebook est devenu le premier site mondial en trafic avec 8,93 % des visites des internautes américains en 2010 (648 millions de visiteurs uniques), contre 7,19 % pour Google. Avec un tel trafic, Facebook entre dans le top 3 des sites web en reléguant Yahoo! à la quatrième place. Mais contrairement aux autres portails, quand on va sur Facebook c'est pour y rester, et on y passe de plus en plus de temps. Et Facebook n'est pas le web. C'est une propriété privée, contrôlée par une société qui n'est même pas cotée en Bourse (et ne le souhaite pas). Au sein de cette propriété on doit y respecter les conditions d'utilisation sinon on est tout simplement "débranché". C'est la mésaventure qui est arrivée la veille de Noël à Kiabi et qui a s'est fait fermer sa page avec ses 130.000 membres, pour avoir organisé de l'animation commercial en cour-circuitant Facebook. Crime de lèse majesté !
Le monde d'Apple n'est pas non plus un modèle d'ouverture. Seul Apple décide de ce que l'on met dans l'AppsStore, iTunes a ses propres DRM et son propre système d'exploitation, son propre navigateur Opéra et même en téléphonie, avec l'iPhone, Apple est de plus en plus tenté par un court-circuit des opérateurs pour reprendre la main sur la carte SIM.

La menace pour Google est bien réelle puisque les 500.000 millions de membres de Facebook sont exposés aux campagnes de publicité a l'intérieur de ce domaine et sans faire appel au modèle de Google Adsense. Le potentiel pour les marketeurs est aussi bien réel puisque FAcebook, contrairement à Google, a des données privées sur ses membres comme leur age par exemple. On comprend mieux l'annonce de Facbook d'ajouter une messagerie unifée au sein de ses prochaines versions pour rendre le site encore plus indispensable a chacun tous les jours. Faire que l'internaute rentre chez lui et ouvre Facebook comme il lit aujourd'hui ses mails, encore le premier usage du web. D'ailleurs pas de rentrer chez lui car le développement des smartphones permet d'y accéder de partout et même de dire où on est avec la fonction "Place".
Et contrairement à la presse qui cherche sa survie avec un lectorat de plus de 40ans vieillissant, Facebook a une grosse base clientèle jeune de moins de 25ans qui va être le coeur des marchés d'équipement des 10 prochaines années.

La mort du web est une mauvaise nouvelle pour les entreprises et les sites qu'elles y ont construit. Certe, il faudra toujours un site sur le web mais la majorité de l'animation et donc du potentiel commercial risque de se déporter vers ces espaces privés, dans lequels il faudra être agile ou très puissant pour compter. Facebook c'est 1 million de commentaires postés toutes les deux minutes. Alors vous pouvez toujours payer des agences de com a produire du contenu sur vos sites... il restera invisible a coté des réseaux sociaux!

C'est le retour des grands magasins imaginés par Aristide Boucicaut il y a 155 ans où l'entreprise va devoir reconstruire son stand commercial et ses opérations de communication à l'intérieur, mais de façon beaucoup plus dynamique et massive qu'elle ne l'a fait par avant. Et comme dans les grands magasins, l'entreprise va devoir y envoyer son personnel y gérer ses stocks et savoir profiter des opérations communes. C'est tout l'enjeu du SocialCRM qui se préfigure et qui se développe. Un social CRM où ce n'est pas l'entreprise qui créé une fiche client et gère la relation mais un internaute qui créé un profil, laisse plus ou moins l'accès aux entreprises a ses informations et pilote la relation par ses "J'aime" sur les pages des marques et ses commentaires à son réseau.

Bien sûr les concurrents de Facebook s'organisent et la consolidation de grands espaces privés aux nombreux services est en cours. Il y aura plusieurs Grands Magasins. Chacun cherchant a assembler les briques fondamentales nécessaires pour que l'internaute n'ai pas besoin de partir: le réseau social, la fiche membre, les communautés, la communication unifiée, les applications pratiques de tous les jours... Que ce soit Google avec Youtube, Yahoo! qui finira bien par être digéré par Microsoft, Apple et sa galaxie dans l'internet mobile ou Salesforce avec Chatter (réseau social intégré) et DimDim (applicatons de communication temps réel). Salesforce est d'ailleurs un cas intéressant car c'est une des premières société B2B a avoir compris qu'elle peut construire la passerelle vers ce monde numérique pour les entreprises qui ne souhaitent pas construire la leur. Non Salesforce n'est pas qu'une application en "SaaS" dans le Cloud, c'est en train de devenir un modèle d'intégration vers les réseaux sociaux que les DSI devraient regarder de près pour comprendre l'adaptation de leur SI qu'ils auront a conduire.

Mauvaise nouvelle aussi pour l'entreprise car Facebook c'est aussi l'univers des petites applications et le décollage de Zinga (FarmVille) dont la promesse et de "connecter les gens avec des jeux". On estime que chaque salarié se connecte en moyenne 23,5 jours par an à des sites web pour un usage non professionnel. J'ai toujours été un partisant de l'ouverture des réseaux sociaux dans l'entreprise mais la sélectivité des applications à filtrer doit être fine car si couper Facebook est un acte de suicide collectif pour une entreprise commerciale, ne pas couper certaines applications Facebook en est certainement un autre. Le dernier jeu de Zinga, CityVille, est redoutable de viralité. J'ai joué 3 jours ces vacances et on développe une vrai addiction (j'ai mis un patch pour la quitter !). En un mois il a conquis 61 millions de personnes qui y ont ouvert une ville dans CityVille (sorte de SimCity) et cherchent à la développer et assurer le bonheur de leurs habitants. Il n'y a certainement pas plus de 10% de villes "actives" mais cela montre la puissance du modèle de développement au sein de Facebook. Peu de sites web d'entreprises peuvent se targuer d'avoir monté une base de 61 millions de fans en 1 mois...

Je pense que ce type d'application préfigure d'une certaine façon le poste de travail collaboratif de l'entreprise de demain, d'où mon immersion de 3 jours, mais j'y reviendrai dans un prochain billet.


Et pour les collectivités locales ? C'est une formidable opportunité de sauter la case web (toutes n'ont pas un site) et d'aller directement là où se trouvent les citoyens. Le développement de la relation citoyens prends une nouvel ampleur. Le site municipal ou inter-communal pour y fédérer les services mais une présence au coeur des réseaux pour compenser la relative faiblesse de leur budgets marketing par rapport a ceux des entreprises, pour faire la promotion de leur site web. Sujet que je développerai aussi dans un prochain billet.

Que retenir de ce survol rapide de l'évolution de ce qui se développe "hors web" et de son l'implication pour les entreprises et leur SI:
  • Limitez vos développement de sites sur le web, cette zone commercial est de moins en moins desservie,
  • Ouvrez sélectivement les portes des réseaux (et donc outillez l'ouverture un peu mieux que "tout ou rien",
  • Donnez leur les outils et formez certains salariés a animer la présence de l'entreprise dans les premières échoppes des grands magasins qui se construisent autour des principaux réseaux sociaux, Facebook et Youtube(Google) les premiers.
  • Commencez à penser la construction de votre présence numérique pour passer de l'échoppe a la forme commerciale la plus adaptée a vos enjeux. C'est la construction de l'entreprise numérique qui se poursuit à l'extérieur,
  • Observez, observez, observez. Ces internautes sont aussi vos salariés et de nouveaux modèles de collaboration, d'interactions et certainement de travail se cachent sur ces nouvelles plateformes, même sur les plateformes de jeux...
INFOGRAPHIE: Les chiffres de Facebook
Préparez vous à la fin du web et au retour des "Grands Magasins"
  • Commenter via Blogger
  • Commenter via Facebook

16 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Top